Google : de plus en plus de déréférencement et cela n’est pas près de s’arrêter

Google est un spécialiste du référencement et de l’indexation de contenu, mais depuis quelques mois il est devenu également un spécialiste du déréférencement !

Rien qu’au mois de février 2016, le moteur de recherche a reçu pas loin de 77 millions de demandes pour des suppressions de contenus. C’est en tout cas ce que l’on peut constater en consultant le rapport de transparence de Google.

Déréférencement : Google donne un avis positif dans 97% des cas

Dans ce rapport, on peut lire que la firme de Mountain View a reçu 76 899 797 demandes de déréférencement d’URL au mois de février. Un chiffre qui augmente mois après mois et qui a même doublé par rapport à la même date l’année dernière. La majorité de ces demandes concerne bien évidemment les infractions sur le Copyright et les ayant droits font désormais valoir leur droit à ne pas accorder une diffusion, pour ceux qui enfreignent le droit d’auteur.

Pour mieux imaginer le volume de données à traiter par Google, cela représente 19 millions de demandes de suppression par semaine, ou 2,7 millions par jour, 112500 par heure, 1875 par minute ou encore 31 par seconde ! Des chiffres qui donnent le tournis pourtant Google est capable de les traiter et ces demandes de déréférencement sont acceptées dans environ 97% des cas par la firme de Mountain View.

Le plus gros solliciteur de Google est la société Rivendell avec pas loin de 18 millions de demandes de suppression d’URL. L’entreprise représente de très nombreuses sociétés dans le monde. En revanche, le plus gros site pénalisé par ses retraits de pages web est viciomp3.com, avec près de 4 147 793 URL concernées par ces demandes d’ayant-droits.

Le moteur de recherche est devenu un vrai spécialiste du déréférencement, si l’on prend en exemple l’année 2014 complète, Google avait dû traiter 345 millions de demandes, en comparant ce résultat au seul mois de février 2016 où près de 77 millions d’URL ont été supprimées, on constate facilement l’explosion dans le secteur.

Il semble que cette course au déréférencement devrait s’accélérer dans les mois à venir, car de plus en plus d’entreprises souhaitent effectuer un grand ménage pour protéger leurs contenus ou leur image et elles sont de plus en plus déterminées à faire valoir ce droit, d’autant que ces déréférencements ont directement ou indirectement, un effet sur leur propre référencement dans certains cas.

Source : rapport de transparence de Google

R.I.P. Ray Tomlinson… et merci pour l’email et l’@

Raymond Tomlinson s’est éteint le 4 mars. Cet ingénieur américain fut à l’origine de la création de l’email tel qu’on le connaît aujourd’hui, et de l’utilisation du symbole @ pour en identifier les correspondants.

L’ingénieur américain Raymond Samuel Tomlinson, considéré comme l’inventeur de l’email dans sa forme moderne, est décédé vendredi 4 mars à l’âge de 74 ans. Né dans l’Etat de New York en 1941, il a obtenu un master’s degree en ingénierie électrique au MIT en 1965.

En 1967, il rejoint l’entreprise de R&D Bolt Beranek and Newman (désormais Raytheon BBN Technologies), qui a joué un rôle clé dans la création d’Arpanet (le précurseur d’Internet). Il y travaille sur le système d’exploitation Tenex. Dans ce cadre, il développe en 1971 la première application d’email réseau en combinant les programmes SNDMSG et CPYNET (un programme expérimental de transfert de fichiers).

DES EMAILS… SUR UN RÉSEAU

Jusqu’alors, SNDMSG et son pendant READMAIL permettaient à deux utilisateurs de s’échanger des messages sur le même ordinateur. Un concept développé au début des années 60. Raymond Tomlinson étend cette capacité, rendant possible l’envoi de messages entre deux ordinateurs distincts. L’email, tel qu’on le connaît, est né.

LE CHOIX DE L’@

Pour identifier les expéditeurs et destinataires de ces messages électroniques, Tomlinson a l’idée d’utiliser un symbole désuet, réservé aux inventaires commerciaux (pour indiquer le prix par unité) : l’arobase. Il permet de distinguer les utilisateurs locaux de ceux situés sur des réseaux externes au travers de la syntaxe user@host (utilisateur@hôte).

Une syntaxe toujours utilisée aujourd’hui. Cette approche est standardisée en 1977, et reste aujourd’hui encore l’un des principaux moyens de communication électronique au monde.

Les capteurs d’empreintes digitales sont piratables avec une simple imprimante

Un peu partout l’authentification par empreinte digitale se démocratise sur les appareils électroniques. Les marques vantent cette technologie biométrique, comme l’avenir de la sécurité, il est pourtant possible de pirater ces capteurs très facilement.

La majorité des nouveaux smartphones utilisent l’authentification biométrique comme un argument marketing, à l’instar de l’iPhone, du Galaxy ou de l’Huawei Honor 7. Pourtant, il se pourrait que cette prétendue sécurité, n’en soit pas une. Une équipe de chercheurs a réussi à leurrer les capteurs d’empreintes avec une simple imprimante jet d’encre !

Pirater un capteur d’empreinte digitale, un jeu d’enfant !

Les chercheurs de l’université du Michigan sont parvenus à pirater les capteurs biométriques de Huawei et de Samsung en ayant recours à une simple imprimante. Ces derniers ont réussi à entrer dans les smartphones, comme si c’était les leurs… Plutôt inquiétant, quand on sait le nombre important de données contenues dans un terminal et que l’on pense qu’elles sont sécurisées derrière une empreinte digitale unique.

Pour parvenir à cet exploit, il n’a pas été nécessaire d’avoir de grandes connaissances, juste de récupérer l’empreinte du propriétaire, puis de l’imprimer sur un papier brillant avec une encre spéciale. Plusieurs capteurs de marques différentes sont tombés dans le panneau. Il s’agit d’une première, car généralement les piratages précédents s’étaient fait grâce à des impressions 3D. Une technique plus complexe et plus coûteuse, que celle mise au point par l’université du Michigan.

Il s’agit d’une information relativement importante, car de plus en plus de services internet envisagent le recours à des applications mobiles pouvant utiliser la biométrie pour valider une action. Plusieurs géants travaillent notamment sur des services de paiement mobile, via une validation par lecture de l’empreinte digitale… Il est facile d’imaginer ce que des personnes malintentionnées pourraient faire avec un smartphone, s’il est aussi simple de le déverrouiller !

Pourquoi créer son site web chez un hébergeur

Un hébergeur, à quoi ça sert ?

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure et ouvrir un site ? Que vous ayez d’excellentes notions en programmation web ou, au contraire, que le sujet ne vous passionne pas du tout, il est parfaitement possible de créer un site original à moindre frais, qui attire des centaines de visiteurs chaque jour. Néanmoins, il vous faudra posséder un petit espace sur le web, afin d’accueillir votre site, blog, forum, etc. Pour cela, rien de tel que de faire appel à un hébergeur spécialisé tel que OPTIMIZE-IT.
Mais avant tout, on peut se demander légitimement pourquoi opter pour un tel service, alors que n’importe quel fournisseur d’accès à internet propose lui aussi un espace de création de pages web. À quoi cela sert-il de s’abonner à un service payant, alors qu’il est si simple de stocker son site gratuitement ?

Un espace plus conséquent et un nom de domaine pour tous

La solution gratuite est très différente de ce que permet notre service d’hébergement spécialisé. Il existe de nombreux avantages à ce genre de plate-forme. La taille de l’espace alloué tout d’abord, qui s’étend à plusieurs Go en fonction du service. La réactivité du site ensuite, qui est bien meilleure et permet d’afficher des pages web plus rapidement. Le nom de domaine également, qui est compris dans le prix. Mais aussi et surtout, les nombreux outils de programmation liés à la création d’un site web original. Tous les services abordés dans ce dossier offrent en effet l’accès à au moins une base de données MySQL. Couplée au langage PHP, celle-ci vous permet d’avoir des pages web dynamiques, de gérer des actualités régulièrement, d’offrir aux internautes un moteur de recherche sur votre site ou même de vendre des produits et de contrôler votre stock. En outre, libre à vous d’inclure ou non sur votre site des encarts publicitaires et de générer ainsi des revenus, de telle sorte que le coût d’hébergement du site soit vite amorti.

Le serveur dédié : idéal pour pour les entreprises

Dans le monde des hébergeurs spécialisés, il existe différents types de service. Le premier, et le plus répandu pour les très grosses plates-formes, consiste à utiliser un serveur dédié (avec un système de redondance), lequel ne stocke qu’un unique site web. Dans ce cas, la réactivité du site est parfaite ou presque, chaque page se chargeant immédiatement pour le visiteur. Ce genre de solution est certes idéal, mais il est également très cher : plusieurs centaines d’euros par mois, en fonction du processeur du serveur, de sa RAM, de sa capacité de stockage, de ses capacités de duplication, etc. Bref, ce genre de serveur n’est pas à la portée de tous et se destine surtout aux grosses entreprises.

Le serveur mutualisé : pour les particuliers ou les associations

En revanche, il existe un moyen beaucoup moins onéreux de se faire héberger son site : le serveur mutualisé. Il possède grosso modo les mêmes caractéristiques techniques que le serveur dédié, à une différence près : plusieurs sites y sont stockés, au lieu d’un seul. Du coup, vous partagez la bande passante, le processeur, la RAM et les accès disques avec d’autres sites. L’inconvénient, c’est que la réactivité du serveur mutualisé est moindre par rapport à celle du serveur dédié. L’avantage, c’est que ses prix sont divisés par 10, au bas mot.

Espace de stockage et trafic : sur le web, la taille ça compte ?

Dans la plupart des cas, un espace de quelques Go est suffisant, sauf si vous comptez héberger des dizaines de petites séquences encodées en HD. En revanche, vous aurez peut-être besoin d’un volume confortable si vous souhaitez héberger beaucoup de photos. Pensez qu’il faudra peut-être enregistrer les images dans différentes tailles, ne serait-ce que pour proposer des aperçus de chacune de vos photos.

Une base de données qui n’est pas si gourmande

La taille de la base de données est limitée à quelques centaines de Mo. En réalité, cela n’est pas vraiment contraignant : aussi complexe soit-elle, une base de données MySQL n’est composée que de texte. Aucune image, ni aucune vidéo, n’y sont heureusement stockées. En clair, une base de données se révèle généralement peu gourmande en Mo au lancement du site. Un espace de 100 Mo est amplement suffisant pour tenir plusieurs années.

Une messagerie dont vous êtes seul maître à bord

Là encore, un accès à différents comptes mails peut être un atout pour réussir votre site. On vous propose à la fois un accès à vos messages via un webmail et via votre client de messagerie classique. Chaque compte de messagerie permet d’héberger jusqu’à 2 Go de données, un espace qui est totalement indépendant de celui nécessaire à l’hébergement de votre site. Notez en revanche qu’un mail ne doit pas dépasser une dizaine de Mo. Un service antispam est également disponible.

Mieux référencer son site, en voilà une bonne idée

Enfin, lorsque vous souhaitez ouvrir un site, pensez également à l’avenir : son bon référencement est un atout majeur dans sa réussite. Là encore, vous n’avez rien à faire, on se charge de l’inscription de votre site sur Google et de faire en sorte qu’il soit davantage mis en avant lorsqu’un internaute lance une requête. Mais ce genre de service est indéniablement payant.

Une bonne assistance en cas de problème, ça existe

Lorsque l’on ouvre un site et que l’on n’y connait pas grand-chose, il est très appréciable de pouvoir trouver une réponse très rapidement en cas de difficulté. Vous profiterez d’une assistance téléphonique et/ou par mail pouvant répondre à des questions techniques. Notre temps de réactivité est plutôt bon : la question est traité dans le pire des cas au bout de 24 heures et dans le meilleur en moins d’une heure. Pensez néanmoins à poster vos questions la journée plutôt que la nuit si vous souhaitez obtenir rapidement une réponse.

Une sauvegarde encore rare, mais vraiment précieuse

Exemple critique : vous avez effacé certains fichiers du site en ligne et avez oublié d’en faire une sauvegarde chez vous. Fort heureusement, nos services d’hébergement offre un outil de restauration, qui permet de récupérer tout ou partie d’un site supprimé.

Optimiser vos pages Web pour les petits écrans


Etant donné la croissance du trafic mobile, il est plus qu’important d’optimiser l’affichage des sites Web pour les écrans de smartphones.

Depuis l’année dernière, une mise à jour de l’algorithme de Google affecte les résultats des recherches de manière à privilégier les sites optimisés pour les mobiles. Google a lancé le nouveau label « mobile-friendly » ou « site mobile » qui permet à l’utilisateur sur mobile de savoir si une page qui apparait sur les résultats de recherche de Google s’affichera correctement:

  • Les pages ne doivent pas utiliser les technologies qui ne sont pas communes aux appareils mobiles, comme la technologie Flash
  • Les textes doivent être lisibles sans que l’utilisateur ait à zoomer
  • Le contenu de la page doit s’adapter à la taille de l’écran de manière à ce que l’utilisateur n’ait pas à zoomer ou scroller horizontalement
  • Les liens doivent être suffisamment éloignés les uns des autres (pour que l’utilisateur n’accède pas accidentellement à une autre page

Fort heureusement, Google fournit deux outils, « mobile-friendly test » et le « Rapport d’utilisabilité sur mobile », pour que les webmasters puissent vérifier si leurs pages respectent les conditions de la firme de Mountain View.

Il est donc très important de vérifier son site internet afin d’être sur qu’il est référencé comme il se doit.

6 conseils pour créer un site internet efficace et créatif

1. Faire un site internet responsive

Aujourd’hui, le mobile prend une place de plus en plus grande dans nos vies. Il est donc impensable de négliger ce support lorsqu’on crée son site internet. Assurez-vous que votre site est adapté aux formats tablette et mobile, afin d’offrir à vos visiteurs la meilleure expérience possible.

2. Réservez un nom de domaine

Même si certains sites internet proposent ces services à bas prix et sont également facile d’accès, ils ne sont pas très professionnels. N’hésitez pas à acquérir un nom de domaine et à payer un hébergeur. Pour 180 euros par an, vous aurez votre propre domaine et serveur pour y héberger votre site.

3. Faire un site optimisé pour le référencement

Le référencement est véritablement le nerf de la guerre sur internet. Pour rendre votre site efficace, il faut travailler le référencement en insérant des mots-clefs dans votre site, en écrivant des articles, en plaçant des liens sur d’autres sites, forums, etc.

4. Créer du contenu

Vous me direz que vous n’avez pas besoin de créer du contenu si votre seul objectif est d’exposer votre travail. Et je vous dirai que vous avez tort. En effet, créer du contenu permet de maximiser le référencement et de générer du trafic sur votre site. Les deux points les plus importants sur le web.

5. Adapter le site à sa cible

Un point logique mais qu’il ne faut pas négliger. Votre cible, lorsqu’elle se rend sur votre site internet, doit pouvoir s’identifier à celui-ci pour qu’elle ait envie d’y revenir. Ainsi, ajustez votre charte graphique, les publicités et les articles que vous rédigez en fonction de votre cible.

6. Faire une navigation facile d’accès

La navigation est souvent négligée, pourtant c’est l’un des points les plus importants dans l’optimisation d’un site internet. En effet, il est essentiel que l’internaute puisse se retrouver facilement lorsqu’il navigue sur votre site, qu’il sache dans quel catégorie se trouve l’article qu’il est entrain de lire, de pouvoir se renseigner sur le site dans une page « à propos » par exemple.

La navigation est donc essentielle, voir vitale pour créer un site internet efficace.

C’est quoi le Responsive Web Design ?

Le Responsive Web design (RWD) est aujourd’hui incontournable dans les projets Web. C’est une approche de conception Web qui vise à l’élaboration de sites Web offrant une expérience de lecture et de navigation optimales pour l’utilisateur quelle que soit la gamme d’appareil utilisé : téléphone mobile, tablette tactile, liseuse, ordinateur de bureau.

Une expérience utilisateur “Responsive” réussie implique un minimum de redimensionnement (zoom), de recadrage, et de défilements multidirectionnels de pages.

À l’heure où des centaines de tailles et formats d’écrans différents se connectent à chaque instant, la méthode du Responsive Web design apparaît comme la “solution de facilité” en vertu de son objectif principal:

  • s’adapter à tout type d’appareil de manière transparente pour l’utilisateur;
  • des coûts et des délais inférieurs par rapport à d’autres techniques;
  • une maintenance de projet facilitée;
  • une mise à jour transparente et un déploiement simultané pour toutes les plateformes.

L’un des avantages indéniables depuis quelques temps est que Google met en avant les sites “adaptés au mobile” au sein de ses résultats de recherche.

Les inconvénients ne sont cependant pas nuls :

  • de bonnes connaissances techniques, et une veille technologique constante, sont indispensables;
  • il est nécessaire de prévoir des tests nombreux et variés tout au long du projet;
  • il est difficile de contourner les limites ergonomiques et de performances des navigateurs Web;
  • faire du responsive, c’est… plus long que de ne rien faire (25% du temps supplémentaire).

Au final, le Responsive Web design n’est qu’un moyen parmi d’autres de parvenir à ses objectifs mais ne doit pas être considéré comme la seule éventualité ni comme une “solution magique” à tous les problèmes.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.
La simplicité peut être plus difficile à atteindre que la complexité : il faut travailler dur pour bien penser et faire simple. – Steve Jobs


Créer votre site Web n’a jamais été si facile et rapide, voici nos trois étapes:

  1. Vous nous contactez afin de nous décrire votre projet.
  2. Nous mettons en place une maquette, accessible par internet, qui selon nous est la plus adaptée à vos besoins.
  3. Seulement si vous aimez notre proposition, vous nous renvoyez le bon de commande et le site sera terminé dans les meilleurs délais.

OPTIMIZE-IT laisse libre cours à votre imagination. Un site Web personnalisé, adapté à votre goût.